Accueil
Compositeurs
Musiciens
Histoire des Noirs
Audio
À propos du site Web
Liens

 

Compositeurs:
Adams, H. Leslie
Akpabot, Samuel Ekpe
Alberga, Eleanor
Bonds, Margaret Allison
Brouwer, Leo
Burleigh, Henry Thacker
Coleridge-Taylor, Samuel
Cunningham, Arthur
Dawson, William Levi
Dédé, Edmund
Dett, R. Nathaniel
Elie, Justin
Ellington, Edward K. "Duke"
Euba, Akin
Garcia, José Mauricio Nunes
Hailstork, Adolphus C.
Holland, Justin
Jeanty, Occide
Johnson, James P
Joplin, Scott
Kay, Ulysses Simpson
Khumalo, J.S. Mzilikazi
Lambert, Sr., Charles Lucièn
Lambert, Jr. Lucièn-Léon G.
Lamothe, Ludovic
Leon, Tania
Moerane, Michael Mosoeu
Perkinson, Coleridge-Taylor
Pradel, Alain Pierre
Price, Florence Beatrice
Racine, Julio
Roldan, Amadeo
Saint-Georges, Le Chevalier de
Sancho, Ignatius
Smith, Hale
Smith, Irene Britton
Sowande, Fela
Still, William Grant
Walker, George Theophilus
White, José Silvestre
Williams, Julius P.

 

 

Livre d'or

William J. Zick, Webmestre
wzick@ameritech.net

 

 

 

 


Dawn Padmore

 

 

 


Afrika Yetu

 

 

 

 

 

 


« Chaka: An opera in two chants »
City of Birmingham Touring Opera
Direction : Simon Halsey
Music Research Institute MRI-0001CD (1998)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                           
Akin Euba: An Introduction to the Life and Music of a Nigerian Composer
Joshua Uzoigwe
Bayreuth African Studies Series (1992)

                         

 

 

Accueil -> Compositeurs -> Euba, Akin

English

 
Akin Euba (né 1935)

Compositeur nigérian, professeur et auteur

Ses théories incluent « Pianisme africain »


 


 

       Table des Matières

  1 Naissance
  2 Musique traditionnelle
  3 Leçons de piano
  4 Trinity College of Music
  5 Premiers œuvres
  6 UCLA
  7 Développer un idiome
  8 Œuvres pour piano
  9 La Licence
 10 Maîtrise
 11 Recherche
 12 Articles
 13 Livres
 14 Pianisme africain
 15 Ethnomusicology Créateur
 16 CD « Chaka »
 17 Récit
 18 Références pour l'opéra
 19 « Nigerian Art Music »
 20 Positions
 21 University of Cambridge
 22 « Ensemble Noir »
 23 University of Pittsburgh
 24 L'Afrique et la Diaspora
 25 « A Bridge Across »
 26 Remerciement
 27 Œuvres
 28 Bibliographie
 29 Ressources électroniques
 

 


Dr. Akin Euba
Professeur de la Musique Andrew W. Mellon
University of Pittsburgh

 

Échantillon audio :  Music Research Institute MRI-0001CD (1998) ;
« Chaka: An opera in two chants » ; City of Birmingham Touring Opera ; Direction : Simon Halsey  Part VI - « Pourquoi faites-vous pas danse »

1 Naissance
Akin Euba est né à Lagos, Nigéria 28 avril 1935 et a passé ses premières années là.  Il est un membre du groupe ethnique de Youruba.  Sa biographie est autorisée « Euba : Une introduction à la vie et à la musique d'un compositeur nigérien », par Joshua Uzoigwe.  C'est une publication 1992 de Bayreuth African Studies Series, édité par prof. Eckhard Breitinger. Il explique que son père était un musicien d'amateur :
Le père d'Euba était Alphaeus Sobiyi Euba, qui était un musicien actif dans sa jeunesse, bien que la musique n'ait pas été sa profession.  Il était un membre du choeur à l'église méthodiste d'Olowogbowo (maintenant cathédrale de Wesley) Lagos et a également joué le clarinet dans le Triumph Orchestra, une bande de danse de Lagos dans laquelle Fela Sowande (qui plus tard est devenu internationalement célèbre en tant que compositeur) était le pianiste.

La mère d'Euba était Winifred Remilekun Euba.  Son nom de famille était Dawodu avant mariage, et elle était un professeur par profession.

2 Musique traditionnelle
L'auteur se réfère à un 1974 traité par exemple des types de musique traditionnelle qui étaient commune dans l'enfance du compositeur :
Dans son traité sur « Dundun Drumming of the Yoruba » [« Tambourinage du Yorouba dans le Modèle Dundun »] (Euba 1974) il fait un exposé sur certains des types traditionnels de la musique et les événements qui étaient populaires dans ceux-là les périodes premières d'enfance.  Ceux-ci incluent des types tels que « waka » et « apala ».  Euba décrit « waka » comme une chanson socio-religieux, d'origine islamique, quel est devenu plus tard la musique de divertissement, accompagnée sur les tambours de dundun. Cette musique (dans lequel les chanteurs femelles sont soutenus par les instrumentalistes mâles) est d'habitude employé dans le mariage, enfant-nommant, et les cérémonies funèbres.  « Apala », qui est seulement exécuté par les hommes, a aussi quelques-uns relie avec l'Islam. Comme « waka » c'est beaucoup influencé par les tambours de « dundun ».

3 Leçons de piano
Euba a reçu ses premières leçons de piano de son père, commençant en 1943.  Son père s'est clairement attendu à ce qu'il fasse à musique sa profession.  Euba a plus tard étudié le piano avec Major J.G.C. Allen, un fonctionnaire britannique par qui il a commencé l'instruction en 1948.  Euba a gagné le premier prix au Premier Festival Nigérien des Arts en 1950. Joshua Uzoigwe continue :
Après l1950 Major Allen a envoyé Euba à un Monsieur Tessier Rémi du Cros, le consul français à Lagos, qui l'a enseigné pendant un moment, suivant ce qu'il a renvoyé à Major Allen avant le déplacement au Royaume-Uni en septembre 1952. Il avait laissé C.M.S. Grammar School neuf mois plus tôt.
                                                ...
Selon Euba, c'était par l'influence principal d'Allen qu'il a obtenu une bourse de gouvernement pour étudier au Royaume-Uni.  C'était également ce professeur qui a assuré son admission à Trinity College of Music.

4 Trinity College of Music
Après deux ans d'étude à Trinity College of Music, Euba a changé son programme pour se permettre de se concentrer sur des cours qu'il a considérés de plus de valeur à sa future carrière. Son biographe écrit :
Ces sujets inclus piano, composition, harmonie et contrepoint, orchestration, organe et lecture de la musique imprimée.

Un professeur qui l'a influencé beaucoup à l'université était Eric Taylor, avec qui il a étudié l'harmonie et le contrepoint pendant un certain temps. Taylor a vu beaucoup de potentiel dans les arrangements d'Euba des chansons folkloriques nigériennes et encouragés lui de les faire. Les premiers de tels arrangements ont été donc faits quand Euba était un étudiant.
                                                ...

Une autre personne qui lui a donné beaucoup d'encouragement à l'université était son professeur Dr. Arnold Cooke, une pupille de composition de Paul Hindemith.  Le rapport que Cooke a présenté à Euba à la fin de la première période comme son professeur à la catégorie 'excellente' avec le commentaire qu'Euba était un étudiant doué.  Ceci, dans l'opinion d'Euba, a renforcé de manière significative son désir d'être un compositeur.

En quatre ans à Trinity College of Music, Euba a gagné trois
degrés :
lls sont : Associé de Trinity College London (Exécution de Piano) 1954 ; Diplômé du Trinity College London (Diplôme de la Formation de Professeur) 1955 ; et Diplômé du Trinity College London (Exécution de Piano) 1956.

5 Premiers œuvres
Uzoigwe nous indique qu'Euba a considéré sa première composition principale pour être un œuvre 1956, « Introduction et Allégro pour l'Orchestre ».  Il a gagné des diplômes d'études de l'enseignement supérieur à l'université en 1957 dans la composition et l'exécution de piano.  Euba a soumis un quatuor à cordes pour le diplôme de composition.  Il est revenu au Nigéria en 1957 et a servi d'aide aîné de programme (musique) à Nigerian Broadcasting Corporation jusqu'à sa promotion à la tête de la musique en 1960. L'auteur continue :
Deux travaux qui ont été écrits en raison de ses expériences actuellement sont « Six Yoruba Songs » [« Six chansons de Yorouba »] pour la voix et le piano, « Two Yoruba Folk Songs » [« Deux Chansons Folkloriques de Yoruba »] pour le choeur non accompagné.  Ils tous les deux ont été accomplis en 1959.  Par même année qu'il a été promu comme tête de Music (1960), Euba a écrit un autre œuvre intitulé « The Wanderer » [« Le Vagabond »] pour le violoncello et le piano.

La biographie répète les commentaires d'Euba sur « The
Wanderer » :
« Jusqu'ici, » il confirme, « il était dans les arrangements des chansons folkloriques que je me suis servi du matériel africain.  Mes compositions originales se sont composées en termes européens.  'The Wanderer' était la première composition en laquelle j'ai essayé d'explorer des éléments de la musique africaine. »

Sa position dans la radiodiffusion contribuée aux exécutions et aux enregistrements de certaines de compositions tôt d'Euba.

6 UCLA
Dans 1962 Euba reçu une bourse dans l'ethnomusicology qui a eu un impact important sur son développement en tant que compositeur, comme nous apprenons de la biographie :
Tandis que toujours dans l'utilisation de Nigerian Broadcasting Corporation, il recevait une bourse du Rockefeller Foundation en 1962 pour étudier l'ethnomusicology à l'université de la Californie, Los Angeles.  Son arrivée à UCLA vers la fin de cette année a marqué, selon Euba, un tournant dans sa carrière.  Il devait être présenté à différentes cultures musicales de beaucoup de régions du monde, et, car le temps a continué, il devait acquérir une connaissance théorique profonde de la musique africaine.

Après une période d'incubation d'un an ou ainsi, l'où il a absorbé 'les moyens théoriques' mentionnés ci-dessus, Euba a commencé à chercher à développer ce qu'il a considéré un idiome africain.

7 Développer un idiome
Joshua Uzoigwe nous indique des travaux Euba composé tout en essayant de développer un idiome africain :
Les premiers œuvres dans cette nouvelle tentative incluent « Igi Nla So » pour le piano et quatre tambours de yoruba, et « Three Yoruba Songs » [« Trois chansons de Yorouba »] pour le baryton, le piano et l'Iyaalu (yoruba « tambour parlant » de la famille de tambour de tension de dundun).  D'autres titres écrits dans 1963 incluent « Five Pieces » [« Cinq Morceaux »] pour le cor anglais et le piano, et « Dance to the Rising Sun » [« Dansez au Soleil se Levant »].  Le dernier est un morceau orchestral qui a été commissionné par Robert Boudreau, qui a conduit l'American Wind Symphony Orchestra [l'Orchestre Américain de Symphonie de Vent] à la première d'œuvre la même année.

Selon Euba, malgré ces efforts tôt à composer dans un idiome africain, il pourrait « pas trouvaille la clef à cet idiome ». Mais il s'est senti que la clef était graduellement indiquée par sa étude continue de la base théorique de la musique traditionnelle africaine, et par exposition à la musique traditionnelle d'autres peuples, et, en particulier, par son interaction avec d'autres compositeurs à UCLA qui ont été également impliqués de l'étude de la musique non-Occidentale.

8 Œuvres pour piano
L'auteur précise que le compositeur s'est concentré sur des œuvres pour le piano en 1964 :
L'année dernière d'universitaire en tant qu'étudiant préparant une licence à UCLA était celle de l'afflux accru dans des activités créatrices, en particulier par écrit pour le piano.  Euba explique les raisons de ceci comme suit :
« Je crois que ma production de beaucoup de travaux pour le piano dans 1964 a résulté (1) de mon besoin d'avoir des choses que je pourrais jouer par me et (2) de mon souhait pour explorer les aspects de la percussion de piano qui étaient africains.  À ce moment-là je commençais seulement à développer l'idée du 'pianisme africain', un modèle du jeu de piano qui est aussi distinct qu'un pianisme de jazz ou un pianisme Chopinesque. »
                                               ...
Les œuvres pour piano qu'il a écrits dans 1964 incluent « Four Pictures from Oyo Calabashes » [« Quatre Images des Calebasses d'Oyo »], « Impressions from an Akwete Cloth » [« Impressions d'un tissu d'Akwete »], et « Saturday Night at Caban Bamboo » [« Samedi Nuit au Bambou de Caban »].  Les autres œuvres de cette même année dans lesquels le piano est combiné avec d'autres instruments sont « Tortoise and the Speaking Cloth » [« La Tortue et le Tissu Parlant »] pour le narrateur et le piano, et « Four
Pieces » [« Quatre Morceaux »] pour la flûte, le bassoon, le piano et la percussion.

9 La Licence
Euba a reçu un diplôme cum Laude avec un degré de B.A. dans la musique, et est revenu au Nigéria, après la fin de l'année scolaire de 1963-64, Uzoigwe écrit, mais enregistré à UCLA encore vers la fin de 1965, cette fois dans le programme de maîtrise en composition.  Pendant l'intérim, Euba avait écrit « Abiku I », pour être exécuté sur les instruments nigériens. L'auteur continue :
Selon Euba, le morceau a été écrit pour un danser-drame (chorégraphé par Segun Olusola), faisant participer un danseur solo, qui a été enregistré en vidéo par le Nigerian Television [l'Autorité Nigérienne de Télévision] (autrefois NBC-TV) et présenté au Salzburg Congress of the International Music Centre [le Congrès de Salzbourg du Centre International de Musique] sur « Dance, Ballet and Pantomime in Film and TV » [« La Danse, le Ballet et la Pantomime dans le Film et la TV »] en 1965.

La musique et la dramatisation de « Abiku I » ont été basées, il dit, sur la poésie de J.P. Clark sur le thème de l'abiku (un enfant « né pour mourir »), bien que le texte lui-même n'ait pas été employé.  J.P. Clark est un poèt et un dramaturge nigérien et un contemporain d'Akin Euba.

10 Maîtrise
Euba a laissé sa position avec le Nigerian Broadcasting Corporation quand il est revenu à UCLA pour gagner une maîtrise. Uzoigwe s'ajoute :
Il s'est maintenant mis à composer une autre série de morceaux pour un orchestre africain en tant qu'élément de sa thèse pour une maîtrise en 1966.

La nouvelle collection s'est appelée les « Four Pieces » [« Quatre
Morceaux »].  Le livre continue :
Sur l'accomplissement de sa maîtrise à UCLA en 1966, Euba a joint l'université de Lagos en tant que conférencier dans la musique, et dans cette même année il a suivi deux conférences de musique à Bloomington, Indiana, et Legon, Ghana.

11 Recherche

Son biographe nous dit que les fonctions de l'enseignement d'Euba étaient assez légères qu'il pouvait faire la recherche dans Ethnomusicology :
Tandis qu'à l'université de Lagos, Euba était attaché à l'école des études de l'Afrique et de l'Asie, où ses fonctions d'enseignement étaient minimales.  Il pouvait donc se concentrer sur la recherche et le travail créateur.
                                                ...
En fait, en 1967, il s'est inscrit à l'université du Ghana en tant qu'étudiant de Ph.D. dans l'Ethnomusicology.

À compter de 1967, Euba a commencé à acquérir, par sa recherche, une connaissance plus profonde de la musique de sa culture, qu'il a à leur tour utilisée comme aide à ses expériences créatrices. U n morceau de travail qui marque le début de cette phase est « Olurounbi », une poésie de tonalité pour l'orchestre de symphonie.  En 1966 il avait écrit ce qui semble être un prélude à ce œuvre.  Le premier travail ont été intitulé « Légende », et marqués pour le violon, le klaxon, le piano, et la percussion.  La poésie symphonique de tonalité de 1967 est basée sur une légende de Yorouba (voir l'explication en chapitre 4), et a été exécuté du fait année par le Portland Maine Symphony Orchestra conduit par Arthur Lipkin.

12 Articles
Euba a composé deux autres œuvres en 1967, Uzoigwe nous dit :
(1) « Morning, Noon and Night » [« Matin, midi et nuit »] pour les instruments nigériens, a exécuté en 1967 à Edimbourg par Theatre Express de Lagos.  (2) « Wind Quintet » [« Quintet pour le Vent »], exécuté à Nairobi en 1967 par le Bavarian Wind Quintet.  La musique n'était pas tout l'Euba produit cela année ; il a également édité deux articles théoriques sur la musique en Afrique.  « Multiple Pitch Lines in Yoruba Choral Music » [« Les Tonalités Vocales Multiples dans la Musique Chorale de Yorouba »] est apparu dans le « Journal of the International Folk Music Council » [« Journal du Conseil International de Musique Folklorique »], XIX.  « In Search of a Common Language of African Music » [« Chercher un Langage Commun de la Musique africaine »] a été édité dans « Interlink », III, iii. Akin Euba était fondateur et rédacteur du journal « Nigerian Music Review » [« Revue Nigérienne de la Musique »], et établi une série a appelé « Ife Music Editions » [« Des éditions de Musique d'Ife »] pour éditer la musique composée par Africans.  Joshua Uzoigwe nous indique qu'Akin Euba a plus tard écrit un certain nombre d'articles sur ses idées pour des journaux de musique :
Ils incluent des titres tels que « Creative Potential and Propagation of African Traditional Music » [« Le Potentiel Créateur et la Propagation de la Musique Traditionnelle africaine »] (Euba 1972), « Traditional Elements as the Basis of New African Art Music » [« Les Éléments Traditionnels comme Base de la Nouvelle Musique africaine d'Art" (Euba 1970c), « Music Adapts to a Changed World » [« La Musique s'adapte à un Monde Changé »] (Euba 1970a), « The Potential of African Traditional Music as a Contemplative Art » [« Le Potentiel de la Musique Traditionnelle africaine comme Art Contemplatif »] (Euba 1974) et « Criteria for the Evaluation of New African Art Music » [« Les Critères pour l'Évaluation de la Nouvelle Musique africaine d'Art »] (Euba 1975a).

13 Livres
Le curriculum vitae d'Euba dit qu'il est l'auteur de quatre livres et est le Co-rédacteur d'encore trois volumes :
Euba est l'auteur de quatre livres, y compris « Yoruba Drumming: The Dundun Tradition » [« Le Tambourinage de Yorouba : La tradition de Dundun »], et Co-rédacteur de trois livres de la série qui est intitulée « Intercultural Music » [« La Musique Interculturelle »].

14 Pianisme africain
Son curriculum vitae inclut les notes autobiographiques qui commencent comme suit :
Akin Euba, qui vient du Nigéria, divise son temps entre la composition et le travail savant et se considère comme étant un disciple de Bela Bartok. Depuis 1970, il a développé plusieurs théories de composition, mieux connu de ce qui est celui du pianisme africain.  Ce concept a été adopté par certains des compositeurs africains contemporains les plus importants, tels que J.H. Kwabena Nketia, Joshua Uzoigwe et Gyimah Labi.  Le concept est articulé dans plusieurs des œuvres d'Euba pour le piano, y compris « Scenes from Traditional Life » [« Des Scènes de la Vie Traditionnelle »] (1970) qui ont été exécutées intensivement dans diverses régions du monde.

15 Ethnomusicology créateur
Les notes autobiographiques d'Euba continuent une définition de sa théorie d'ethnomusicology créateur :
Une autre des théories d'Euba, ethnomusicology créateur, était le sujet d'une conférence inaugurale qu'il a fournie à l'université de Pittsburgh en mars 2000, en sa position en tant que le Professeur de la Musique Andrew W. Mellon.  Comme défini par Euba, l'ethnomusicology créateur est un processus par lequel l'information obtenue à partir de la recherche de musique soit employée en composition plutôt que comme base de l'écriture savante.

16 CD « Chaka »
Le curriculum vitae d'Akin Euba observe que ses concepts créateurs n'ont aucune meilleure représentation que l'opéra « Chaka ».  Il explique dans le livret de « Chaka », MRI 0001CD (1999) :
Cet enregistrement est d'une version révisée de l'opéra.  Il a été présenté en première dans une production partielle par le « City of Birmingham Touring Opera » [« L'Opéra Voyageant de la Ville de Birmingham »] en septembre 1995, pendant « Africa 95 » [« L'Afrique 95 »], une célébration des Arts africains qui a duré pendant trois mois dans diverses régions du Royaume-Uni.
                                               ...
Brièvement indiqué, « Chaka » est une fusion des techniques de composition du 20ème siècle avec les éléments stylistiques dérivés de la musique traditionnelle africaine, en particulier la musique du Yorouba du Nigéria du sud-ouest.  D'ailleurs, l'orchestre est une combinaison des instruments africains et occidentaux.

17 Récit
Le livret par Akin Euba fait cet exposé des événements dépeints dans l'opéra « Chaka » :
La poésie épique par Senghor est basée sur l'histoire dans la réalité de Chaka, un roi du Zoulou au 19ème siècle qui a réalisé la renommée en tant que stratège militaire brillant et le constructeur d'empire mais était également notoire pour des crimes contre l'humanité.  La poésie est dans deux parts, intitulées « Chant 1 » [« Chantez 1 »] et « Chant 2 »
[« Chantez 2 »] (non deux actes) j'adopte l'exemple de Senghor.  Les parties vocales de l'opéra sont de toute façon écrit dans un modèle c'est apparenté à celui du mode de chant de la musique Yorouba (dans son rythme libre, mais pas discours-chanson, aspects).

Dans le prélude pour « Chant 2 », j'inclus « Man and the Beast »
[« L'Homme et la Bête »], également une poésie par Senghor (mais pas une partie de la poésie de « Chaka »).

La poésie de Senghor couvre les derniers moments de la vie de Chaka.  Dans « Chant 1 », le Chaka précédemment invincible a été assassiné par certaines de ses propres personnes et se trouve mourant de ses blessures. Il est interrogé par une « White Voice » [« Voix Blanche »] (qui est un symbole duel de la présence de missionnaire et de la présence coloniale en l'Afrique).  « White Voice » dénonce Chaka en tant que tyran sanguinaire qui a assassiné Noliwe, sien épouse-à-est, afin de gagner la puissance absolue, et également causé l'abattage des millions, y compris des enfants et des femmes enceintes.  La défense de Chaka est que chaque acte à lui a été exécuté pour l'amour de ses personnes noir-pelées.

« Chant 2 » est une chanson d'amour dans laquelle Chaka se rappelle des moments tendres avec son Noliwe aimé, alors qu'un choeur chante dans l'éloge de Chaka.

Davantage d'information sur « Chaka » est disponible dans les notes de l'auteur au site Web d'AfricanChorus.org :
http://www.africanchorus.org/Voam/Voam643.htm 

18 Références pour l'opéra
Le livret de l'enregistrement de « Chaka » fournit ces références pour l'opéra :
Euba, Akin. « Essays on Music in Africa 2: Intercultural Perspectives »
[« Essais sur la Musique en l'Afrique 2 : Perspectives Interculturelles »]. Bayreuth African Studies Series (1989).

Uzoigwe, Joshua. « Akin Euba: An Introduction to the Life and Music of a Nigerian Composer » [« Akin Euba : Une introduction à la vie et à la musique d'un compositeur nigérien »].  Bayreuth: Bayreuth African Studies Series (1992).

Léopold Sédar Senghor, premier président du Sénégal et le doyen des auteurs africains modernes, a à l'origine édité « Chaka » et « Man and the Beast » [« L'Homme et la Bête »] en français.  Les traductions en anglais utilisées dans l'opéra ne sont pas incluses dans ces notes et peuvent être trouvées dans la publication d'OUP citée ci-dessus.  Les textes de Yorouba de l'opéra ont été écrits ou dérivés de diverses sources traditionnelles par Akin Euba.  Ils sont inclus ici avec des traductions parallèles en anglais.

19 « Nigerian Art Music »
Le livre « Nigerian Art Music » [« La Musique Nigérienne d'Art »] est une vue d'ensemble de la musique classique par les compositeurs du Nigéria.  L'auteur est Olabode Omojola, Ph.D.  Les compositeurs incluent Samuel Ekpe Akpabot, Fela Sowande et Akin Euba.  Chacun des trois est profilé à ce site Web.  Dr. Omojola commence son analyse d'Akin Euba par ces
mots :
Comme Sowande, les idées d'Akin Euba sur le besoin des compositeurs africains de maintenir un lien fort avec la musique traditionnelle africaine  ont été reflétés dans ses compositions et travail de recherches.  Les parallèles clairs souvent se produisent, donc, entre son écriture et sa composition.  L'écriture montre l'engagement fort d'Euba, loin au delà de cela de n'importe lequel de ses collègues, à une recherche d'une société africaine contemporaine.

20 Positions
Dr. Euba a été un conférencier, un disciple visitant, et un examinateur externe à une variété des universités en Afrique et l'Amérique du Nord.
Sa première position comme conférencier à l'université de Lagos au Nigéria s'est étendue de 1966-68.  De 1968-75, il était un disciple aîné de recherches à l'université d'Ife au Nigéria.  Il a passé l'été de 1969 à Howard University à Washington, D.C.  Les tâches en tant qu'examinateur externe ont impliqué l'université d'Ife au Nigéria et l'université de Makerere en Ouganda.  Euba était un professeur à l'université de Lagos de 1978-81. Il a passé cinq ans en tant que disciple de recherches à l'université de Bayreuth en Allemagne, de 1986-91.  Entre d'autres rendez-vous, il était directeur du centre pour des arts interculturels de musique à Londres, qu'il a fondée, en 1988.  Les positions suivantes ont énuméré sur son curriculum vitae incluent :

1992-94 Examinateur externe, université du Ghana, Legon.

1992-94 Sécrétaire général de Commonwealth Music Association (l'Association de Musique de Commonwealth).

1993 (octobre) - 1996 (septembre) Professeur visitant honorifique, département de la musique, City University (l'université de Ville), Londres.

1994 Désigné par le Center for Black Music Research (Le Centre pour la Recherche dans la Musique des Noirs), Chicago, comme un membre du conseil Consultatif pour un dictionnaire des compositeurs Noirs édité par St. James Press.

1996 (septembre) Désigné Andrew Mellon Professor of Music (Le Professeur de la Musiqe Andrew Mellon), l'University of Pittsburgh.

1996-97 Examinateur externe, l'université de Ghana, Legon.

21 University of Cambridge
Son curriculum vitae raconte son travail sur une nouvelle composition tandis qu'il était un universitaire d'outre-mer de l'université de Cambridge par année 2000-2001 d'universitaire.  Il donne également la date et les circonstances de la première suivante du travail à la Nouvelle-Orléans :
Euba a passé l'année 2000-2001 d'universitaire comme universitaire d'outre-mer de Churchill College (l'université de Churchill), l'University of Cambridge (l'université de Cambridge).  Tandis qu'à Cambridge il travaillait à une nouvelle composition importante, « Orunmila's Voices: Songs from the Beginning of Time » [« Les Voix d'Orunmila : Chansons du début du
temps »], d'un drame de musique pour des soloists, chanters, choeur, danseurs et orchestre de symphonie, ce qui a reçu sa première mondiale à la Nouvelle-Orléans 23 février 2002, pendant le « Second International Festival of African and African American Music » [« Le Deuxième Festival International Annuel de la Musique Afro-américaine et Africaine »] (FESAAM 2002).

22 « L'Ensemble Noir »
« L'Ensemble Noir » est une organisation professionnelle à Toronto qui est consacré « à la diversité culturelle dans la musique classique
contemporaine », comme indiqué à son site Web, http://www.EnsembleNoir.org  Dans son curriculum vitae, Dr. Euba raconte les 10 jours où il a passés comme compositeur-dans-résidence avec le groupe :
Pendant le trimestre de printemps de 2003, Dr. Euba a passé dix jours à Toronto comme compositeur-dans-résidence avec l'Ensemble Noir, pendant lequel plusieurs de ses travaux ont été effectués, y compris trois mouvements de « Orunmila's Voices » [« Des Voix d'Orunmila »], dans des nouveaux arrangements pour différents ensembles de chambre.

23 University of Pittsburgh
Akin Euba est l'Andrew Mellon Professor of Music (Le Professeur de la Musique Andrew Mellon) à l'University of Pittsburgh.  Ses spécialités sont Musique, Composition et Exécution africaines de piano, selon le site Web de l'université : http://www.pitt.edu/~musicdpt/faculty/euba.html 

Le site Web ajoute que la biographie de Dr. Euba a été éditée dans le
« New Grove Dictionary of Music and Musicians » [« Le Dictionnaire de la Musique et des Musiciens New Grove »], le 2d ED, 2001 ; et dans « The International Dictionary of Black Composers » [« Le Dictionnaire International des Compositeurs Noirs »], 1999.

24 L'Afrique et la Diaspora
Le curriculum vitae de prof. Euba raconte son changement de concentration dans le passé plusieurs années d'interculturalism global aux raccordements entre l'Afrique et la Diaspora :
Ces dernières années Euba a éloigné des issues générales sur l'interculturalism du monde (avec ce qu'il a été impliqué depuis 1988) pour se concentrer sur des liens entre l'Afrique et la Diaspora.  Cette nouvelle orientation est reflétée dans la plupart de ses projets récents et en cours, par exemple les colloques internationaux et les festivals sur le pianisme africain (Pittsburgh 1999) et sur la composition en l'Afrique et la Diaspora (Cambridge 2001) qui ont été organisées par lui.

25 « A Bridge Across »
L'AfricanChorus.org a édité « Profile: Akin Euba » [« Le Profil : Akin Euba »] à son site Web : http://www.africanchorus.org/Voam/Voam644.htm 

Il comporte un projet Euba commencé en 1993 :
Depuis joindre l'University of Pittsburgh en 1993, Euba a lancé un nouveau projet, autorisé « A Bridge Across: Intercultural Composition, Performance, Musicology » [« Un pont à travers : Composition Interculturelle, Exécution, Musicologie »], qui est une prolongation des activités de Londres d'Euba et est conçue pour mettre en lumière les travaux des compositeurs, des interprètes et des musicologues par des récits, ateliers, conférences, résidences et ainsi de suite.

« Dialogue in Music Project: l'Afrique rencontre Amérique du Nord » est un festival et colloque à l'UCLA, 22-25 octobre 2009. Les artistes classiques qui ont participé sont Girma Yifrashewa, un pianiste d'Ethiopie; Dawn Padmore, une soprano née au Libéria; Maxine Franklin, un pianiste né en Jamaïque; Richard Thompson, un pianiste né en Bretagne; et Laura Falzon, qui joue de la flûte et est né au Canada de parents maltais.

26 Remerciement
Le Webmaster est reconnaissant pour que la permission se serve des « Works » [« l'Œuvres »], « Bibliography »  [« La Bibliographie »] et « Electronic Resources » [« Les Ressources électroniques »] compilées par Dominique-René de Lerma, professeur de la musique à l'University of Lawrence dans Appleton, le Wisconsin.  Prof. De Lerma avait édité des œuvres sur la Musique Classique des Personnes Noires pendant quatre décennies, et est un ancien directeur du « Center for Black Music Research » [« Centre pour la Recherche dans la Musique des Personnes Noires »] à « Columbia College Chicago » [« l'université Colombie Chicago »], http://www.colum.edu/cbmr  

27 Œuvres
Collections:
Towards an African pianism; collected works for the keyboard, 1964-1997. Projected.
Individual titles:
A Yoruba folksong, for flute, harp, viola & percussion.
Àbíkú, no. 1, for African instrumental ensemble (1965)..
Àbíkú, no. 2, for textless chorus & African instrumental ensemble (1968).
Alatangana, ballet. for singers, dancers & Nigerian instruments (1975).
Amici, for string quartet.
Below Rusumo Falls, for voice, dancer, kayagum, flute, drums & piano. Text: Olusola Oyeleye. Commssion (poetry): Barbican Education. Première: 2003/VIII/3, University of Cambridge, Churchill College, Wolfson Hall Auditorium; Dawn Padmore, soprano; Hee-sun Kim, kayagum; Laura Falzon, flute; Darryl Hollister, piano; Radiu Ayandokun, drums; Omotolani Sarumi, dancer; Bongani Ndodana, conductor.
CD: Dawn Padmore, soprano; Laura Falzon, flute; Hee-sum Kim, kyagum; Anicet Mundundu, drums; Darryl Hollister, piano (2003/VIII/03; Churchill College, University of Cambridge).
Black Bethlehem, for soloists, chorus, Nigerian drums & jazz ensemble (1979).
Chaka, opera in two chants, for 2 sopranos, tenor, 2 basses, chorus and orchestra with African instruments (1970, rev. 1999). Text: Léopold Sédar Senghor, after the novel, Shaka the Zulu, by Thomas Mofolo (1925)?== Première: 1995/IX; Birmingham UK; Symphony Hall. Dedication: Morenike, the composers daughter. Duration: 61:16.
CD: Daniel Washington (Chaka); Richard Halton (White voice); Mauren Brathwaite (Noliwe); Jæláadé Pratt (Praise chanter); Sarah Jane Wright (Leader of the chorus); Olúêọlá Oyèléyę (Isanussi); City of Birmingham Touring Opera; Simon Halsey, conductor. Music Research Institute MRI-0001 CD (1999). Liner notes unsigned.
----- Noliwe's aria
CD: Dawn Padmore, soprano; Darryl Hollister, piano (Churchill College, University of Cambridge, 2003/VIII/4).
----- Themes from Chaka, no. 1  (1996 == or 1966?). Duration: 5:50.
CD: Eric Moe, piano (2001/VIII/06).
CD: Darryl Hollister, piano (2001/III). Interntional Consortium for the Music of Africa and its Diaspora. FESAAM 2001.
----- Themes from Chaka, no. 2, for piano. Première: 2003/VII/02; Churchill College, University of Cambridge; Darryl Hollister, piano.
CD: Darryl Hollister, piano (2003/VIII/02; Churchill College; University of Cambridge).
Dirges, for speakers, dancers, soloists & African instruments (1972). Première: 1972; Munich; Olympics.
Festac 77 anthem, for chorus & jazz ensemble (1977). Première: 1977; Lagos; Second World Festival of Black and African Arts. Text: Margaret Walker.
Ice cubes, for string orchestra. (1970).
Igi n/a so, for 4 Yoruba drums & piano (1953). ==oriki scores
Impressions from Akwete cloth, for piano (1964).
Introduction and allegro, for orchestra (1956).
Legend of Olurounbi, for orchestra. Première: by 1967; United States.
Morning, noon, and night, for singers, dancers & Nigerian instruments (1967).
Music for horn, violin, percussion & piano.
Olurombi, [2] for orchestra (1967). Première: 1967; Portland Symphony Orchestra [ME] Arthur Bennet Lipkin, conductor.
Orumillas voices; songs from the beginning of time (2002).
4 Pictures from oyo calabashes, for piano (1964).
4 Pieces, for flute, bassoon, Nigerian instruments & piano (1964).
4 Pieces for African orchestra (1966).
Quartet, strings (1957).
Quintet, winds (1967).
Saturday night at Caban Bamboo (1964).
Scenes from traditional life, for piano (1970). Ile-Ife: University of Ife Press, 1970. Contains 3 movements. Dedication: J. G. C. Allen.
CD: Glen Inanga, piano (2003/VIII/1, Churchill College, University of Cambridge).
Study in African jazz, no. 2; a song for Darelee (2000)
CD: David Keberle, clarinet; Eric Moe, piano (2001/VIII).
Study in African jazz, no. 3, for piano. Commission: Eric Moe.
CD: Eric Moe, piano.
The wanderer, for violoncello & piano
----- for piano trio (1960).
2 Tortoise folk tales, for narrator & Nigerian instruments (1975).
Wakar duru; 3 Studies in African pianism  (1987). 1. Study 1; 2. Study 2. Première: 1993/I/29, Nigeria; University of Ilorin, Performing Arts Courtyard; Godwin Sadoh, piano.
----- 1.
CD: Darryl Hollister, piano (2001/VIII/06, Universty of Cambridge). DSL 003.
----- 3.
CD: Darryl Hollister, piano (2001/VIII/06, Universty of Cambridge). DSL 003.
2 Yoruba folk songs, for chorus (1959).
6 Yoruba folksongs, for voice & piano (1975 == or 1959?). 1. Mo lè jiyán yo; 2. Òré méta; 3. Mo já wé gbé gbé; 4. Omo jòwó; 5. Agbe; Ó se gbé na?
CD: Joyce Adewumi, soprano; Darryl Hollister, piano (2001/VIII/06).
6 Yoruba songs, for voice & piano (1959).
3 Yoruba songs, for baritone, lyalu & piano (1963). ==? Oriki scores ==


28 Bibliographie
1971 prize winners; Dance, music, drama in African arts, v5n3 (1972/winter) p8-11.

Alatangana in African arts, v5n2 (1972/winter) p46-47.

Dr. Éubàs tours in Music rap, v2n6 (1985/III) p15-16.

Adégbìé, Adémçlá. The present state of development of African art music    in Nigeria in African art music in Nigeria, ed, by Mosúnmợlá A Omíbíyì-Obidike. Ibadan: Stirling Horden, 2001, p77-92.

Baldacchino, John. An analytical review of Akin Éubàs Modern African music and Joshua Uzoigwes Akin Éubà; An introduction to the life and music of a Nigerian composer in Commonwealth music (1966) p2-5.

Black music research journal, 1981-1982, p147

Black perspective in music, v4n1, p105; v5n1, p105; v6n1, p99.

Bull, Storm. Index to biographies of contemporary composers, vol. 3. Metuchen: Scarecrow Press, 1987. xxiv, 854p. ISBN 0-8108-1930-9.

Carter, Madison H. An annotated catalogue of composers of African ancestry.  New York: Vantage Press, 1986.

Clague, Mark.  Éubà, Akin in International dictionary of Black composers, ed. by Samuel A. Floyd, Jr. Chicago: Fitzroy Dearborn, 1999, v1, p424-432.

Éubà, Akin. An introduction to music in Nigeria on Nigerian music review, n1 (1977) p1-38.

Éubà, Akin. Concepts of neo-African music as manifested in the Yoruba folk opera in The African diaspora; A musical perspective, ed. by Ingrid Mondon. New York: Routledge, 2003, p207-241.

Éubà, Akin. New idioms of music-drama among theYoruba; An introductory study in 1970 yearbook of the International Folk Music Council, ed. by Alexander L. Ringer. Urbana-Champaign: University of Illinois Press, 1971.

Éubà, Akin. Nigerian music in Nigerian magazine (1960).

Éubà, Akin. Text setting in African composition in The landscape of African music, ed. by Abiola Irele. Special issue of Research in African literatures, v32n2 (2001), p119-132.

Éubà, Akin. The interrelationship of music and poetry in Yoruba tradition in Yoruba oral tradition, ed. by Wandé Abímbæçlá. Ilé-Ifè: University of If`, Department of African Languages and Literature, 1975.

Éubà, Akin. Themes from Chaka; A pianistic realization of African polyrhythm in Towards an African pianism, v1, ed. by Akin Éubà and Cynthia Tse Kimberlin. Point Richmond: MRI Press, 2002.

Éubà, Akin. Traditional elements as the basis of new African music in African urban notes, n5/4.

Éubà, Akin. Yoruba music in the church; The development of a neo-African art among the Yoruba of Nigeria in African musicology; Current trends, vol. 2; A Festschrift presented to J. H. Kwabena Nketia, ed. by Jacqueline C. DjeDje. Atlanta: Crossroads Press, 1992.

Eubà, Akin. Bridging ethnomusicology and composition; A study of J. H. Kwabena Nketia. In progress.

Éubà, Akin. Essays on music in Africa 2; Intercultural perspectives. Bayreuth: Bayreuth African Studies Series, 1989.

Éubà, Akin. Modern African music; A catalogue of selected archical materials at Iwalewa-Haus, University of Bayreuth.  Bayreuth: Iwalewa-Haus, 1993.

Éubà, Akin. Yoruba drumming; The dundun tradition. Bayreuth: Bayreuth African Studies Series, 1990.

Graham 1988, pix, 72

Holohan, Meghan. Musical safari in Pitt magazine [University of Pittburgh] (2004/winter) p30-33.

Horne 1996

Horne, Aaron. String music by Black American composers. Westport: Greenwood Press, 1991 (Music reference collection, no. 33). xx, 327p. Foreword by Dominique-René de Lerma. ISBN 0-313-27938-1.

Horne, Aaron. Woodwind music by Black American composers. Westport: Greenwood Press, 1990.

Lerma, Dominique-René de. Black concert and recital music; A provisional list. Bloomington IN: Afro-American Music Opportunities Association, 1975.

Lerma, Dominique-René de. Black music in our culture; curricular ideas on the subjects, materials, and problems. Kent: Kent State University Press, 1970. (Akim)

Lerma, Dominique-René de. Reflections on Afro-American music. Kent: Kent State University Press, 1972.

Morton, Brian, ed. Contemporary composers, ed. by Brian Morton and Pamela Collins. New York: St. James Press, 1992.

Nwosu-Lohámijókò, Joy. Art singsing in Niegria; The composers and the perforners in African art music in Nigeria, ed, by Mosúnmợlá A Omíbíyì-Obidike. Ibadan: Stirling Horden, 2001, p70-76.

Ọmọjọlà, Olabode. African pianism as an intercultural compositional framework; A study of the piano works of Akin Éubà in The landscape of African music, ed. by Abiola Irele. Special issue of Research in African literatures, v32n2 (2001), p153-174.

Ojehomon, Agnes. Catalogue of recorded sound. Ibadan: University of Ibadan, Institute of African Studies, 1969 (Institute of African Studies, Occasional publications, 30). 39p.

Roach, Hildred. Black American music, past and present.  Miami: Krieger, 1985.

Roberts, John Storm. Black music of two worlds; African, Caribbean, Latin, and African-American traditions. New York: Schirmer Books, 1998. xxxvii, 330p. Previously issued by Prager Publishers in 1972.

Southern, Eileen. Éubà, Akin in Biographical dictionary of Afro-American and African musicians.  Westport: Greenwood Press, 1982, p128. (The Greenwood encyclopedia of Black music).

Southern, Eileen. A biographical dictionary of Afro-American and African musicians. Westport: Greenwood Press, 1982.==

Spradling, Mary Mace. In black and white; Afro-Americans in print. 3rd ed. supplement. Detroit: Gale Research, 1985.  Detroit: Gale Research, 1980.

Stow, Betsy, ed. 2nd International Symposium and Festival on Composition in Africa and the Diapora, including Dialogue Africa meets Asia. Cambridge UK: Churchill College, 2003. 107p.

Thomas 1989, p5.

Uzoigwe, Joshua. A cultural analysis of Akin Éubàs musical works in Odu; Journal of West African studies, v24 (1983) p44-60.

Uzoigwe, Joshua. Akin Éubà; An introduction to the life and music of a Nigerian composer. Graduate paper (M.A.) Queens University, Belfast, 1978.

Uzoigwe, Joshua.  Akin Éubà; An introduction to the life and music of a Nigerian composer. Bayreuth: Bayreuth African Studies Series, 1992.
Waterman 1990

29 Ressources électroniques
Contemporary African database http://people.africadatabase.org/people/data/person16618.html  (2003). 2p. Consulted 2003/X/10.

Nyaho http://www.nyaho/com/rep.html  2p. Consulted 2003/VI/02.
 
Profile Akin Euba http://www.africanchorus.org/Voam/Voam644.htm   (2004). 4p. Consulted 2004/IV/2.

Hayman, Graham. Blakes triple for new SA http://www.chico.mweb.co.za/mg/art/music/9911/991118-blake.html  (1999). 3p. Consulted 2003/VI/02/

Bauer, Kerstin.  Das Musikarchiv des Iwalewa-Hauses http://www.uni-bayreuth.de/Afriknologie/iwalewa/musikarchiv.htm

Okoli, Tunde. Colours of African music across cultures wysiwyg://74/http://www.thisfayonlhive/20021014art01.html 3p. Consulted 2003/VI/02.

Music; Ontario musicans around us in concert http://www.toronto.cbc.ca/musiciansaroundus/ensemble_noir.html  2p. (2003). Consulted 2003/VI/02.


Droit d'auteur


 

Cette page a été mise à jour le 01/01/16